La méthode SAJECE

Origines de la méthode SAJECE

Tout d’abord, pourquoi Camille et Sébastien ont-ils choisi le mot SAJECE ? Effectivement pour son homonyme, la Sagesse, mais également parce qu’il s’agit de leurs initiales et de celles de leurs 4 enfants : Sébastien-Axel-Janyce-Emma-Camille-Elfie.

La méthode SAJECE se décline de plusieurs façons, que ce soit l’hypnose (dérivé de l’ericksonnienne) ou le coaching. Dans tous les cas, elle se veut douce, bienveillante et redonnant le pouvoir sur sa propre vie à chacun. Elle vise à supprimer les croyances et les programmations négatives, pour permettre à chacun d’agrandir son champ des possibles.

Notre façon de voir le monde évolue avec lui c’est pour cela que notre méthode s’actualise et innove.

Principes de la méthode SAJECE

Comme le disait Socrate, « je sais que je ne sais rien », il est essentiel pour nous que cette méthode soit vivante, qu’elle ait le droit d’évoluer, que ce que nous enseignons aujourd’hui ne soit pas figé dans le temps. Pour vous donner un exemple, il y a quelques années, il nous arrivait d’utiliser les leviers de la culpabilité ou de la peur pour faire arrêter les gens de fumer. Et cela fonctionnait ! Mais avec nos recherches, nous avons découvert qu’il était encore mieux d’utiliser des leviers comme l’amour, la valorisation et sa propre reconnaissance.

Ce sont nos valeurs et nos observations qui définissent notre méthode :

A/ Chacun est responsable de sa vie, donc nous ne sommes pas directifs.

Nous n’imposons rien aux personnes, nous ne prenons pas de pouvoir sur elles, nous ne leur confisquons pas leurs paquets de cigarettes, comme des enfants punis. Au contraire, nous leur redonnons la responsabilité de leur vie. Nous les encourageons, les valorisons et leur montrons que nous avons confiance en LEUR réussite.

B/ Nous n’entretenons pas leur passé, donc nous ne pratiquons pas d’anamnèse.

C’est-à-dire que nous ne leur posons pas de question sur leur vie, car nous n’émettons aucun diagnostic psychologique. Le fait de ne rien savoir nous évite d’aller sur de fausses pistes. Car ce que la personne répond lors de l’anamnèse est du domaine conscient : elle sait déjà tout cela ; alors que l’hypnose agit sur l’inconscient.
Nous préférons observer ses micro-expressions inconscientes en réaction aux histoires racontées pour comprendre son inconscient. Ce qui sera plus fort et plus magique à ses yeux également. Nous lui permettons de se concentrer sur le présent afin que le passé cesse de la définir.

C/ Nous souhaitons des résultats durables, donc nos métaphores agissent directement sur les origines émotionnelles.

Voici leurs différents objectifs :

  • Montrer qu’il y a une solution : donner de l’espoir.
  • Changer ses croyances.
  • Sortir ses émotions coincées.
  • Couper les fidélités inconscientes.
  • Être créateur de sa vie, activer son potentiel, rééduquer ses pensées.
  • Se raconter une autre histoire et être en paix avec son passé (guérison une fois pour toutes du bébé, de l’enfant et de l’adolescent que l’on a été).
  • Regarder la situation sous un autre angle.
  • Accéder au pilotage automatique de son inconscient en occupant le pilote de l’avion (conscient) afin de faire une mise à jour de ses programmes.
  • Réinventer les codes d’écriture des contes et les messages véhiculés : nos héros ne passent plus par la souffrance pour être heureux.
  • Comprendre que cette séance est un acte d’amour que la personne vient de s’offrir : elle s’aime déjà.

Nos métaphores ne sont pas uniquement solutionnistes, elles aident également à s’occuper de la cause émotionnelle et évitent ainsi un déplacement du symptôme.

D/ Nous respectons la singularité et les désirs de chacun, donc nous ne refixons jamais d’autre séance.

Tout comme nous ne relançons jamais les élèves pour faire une autre séance ou une autre formation. Nous laissons le libre arbitre à chacun. Si la personne le désire, elle en fera la démarche, mais ce n’est pas à nous de la lui programmer. Nous lui rendons son autonomie, d’autant plus que chacun a son propre rythme.