Questions fréquentes

Voici les réponses à quelques questions fréquentes. Si vous en avez d’autres, nous vous répondrons avec grand plaisir. Écrivez-nous à
Nous sommes plus facilement joignables par mail. Si vous préférez qu’on vous rappelle, indiquez-le dans votre message et nous fixerons un entretien téléphonique.
Faut-il avoir un don ?

Si la bienveillance est un don, alors oui, elle fait partie des critères indispensables pour être un bon praticien SAJECE. Autrement, tout le reste s’apprend. Quant à la créativité, elle se développe avec la confiance en soi.

Votre certificat est-il reconnu par l’État ?

Non, il ne l’est pas, car l’hypnose est une discipline qui n’est pas inscrite au titre des certifications professionnelles au RNCP.

Toutefois le certificat est valable dans la mesure où il atteste du suivi de la formation et des compétences acquises. L’essentiel est que ce certificat vous permet d’exercer légalement les outils appris en formation et de trouver une assurance dans leur exercice.

Vos formations peuvent-elles être prises en charge ?

Le Groupe SAJECE ne dispose pas de numéro de formation professionnelle (appelé parfois, par raccourci, « agrément »). En effet, l’hypnose est un outil extraordinaire qui ouvre vers de nombreuses voies professionnelles (elle peut être utilisée seule ou bien en complément d’autres disciplines, ou encore être utilisée ponctuellement dans un métier complètement distinct du domaine), mais l’hypnose reste une activité non règlementée en France, qui n’est pas inscrite au titre des certifications professionnelles au RNCP et qui ne dispose pas de code APE propre.

En conséquence, les organismes d’État ne prennent en principe pas en charge ce type de formation, qui n’entre pas dans la catégorie des « formations professionnelles » au sens de l’État, et nous souhaitons nous conformer à la règlementation.

L’avantage est que cela permet d’avoir des élèves plus investis, qui financent eux-mêmes leur rêve, et que cela nous permet d’être plus libres dans la mise à jour de notre méthode et la transmission de nos savoirs.

Toutefois, vous pouvez si vous le souhaitez faire prendre en charge votre formation par votre employeur ou votre société (si vous êtes dirigeant et que cela entre dans l’objet et/ou l’intérêt de la structure). Dans ce cas, la prise en charge devra être financée par l’employeur, ou votre structure directement (cela passe donc dans les charges de l’entreprise ou de la société, ou association) et pas par un organisme qui utilise les fonds de l’État en l’absence de numéro de formation professionnelle.

Enfin, rappelons que le numéro d’enregistrement n’est utile que pour la prise en charge des formations par les organismes d’État (très rarement acceptée dans le domaine). Cependant, ce numéro n’est en rien un « agrément » en tant quel tel, ni un gage de qualité de l’organisme de formation.

Combien de temps conseillez-vous entre chaque module ?

Ce temps est vraiment propre à chacun : certains préfèrent enchaîner les niveaux, d’autres se laissent plusieurs mois. Personnellement, nous pensons que laisser 1 à 3 mois maximum entre deux niveaux est judicieux, mais chacun doit s’écouter. Et en fonction de vos objectifs, vous n’avez pas besoin d’avancer à la même vitesse : certains veulent s’installer rapidement, d’autres sont à la retraite…

Peut-on vivre de l’hypnose ou du coaching ?

Bien sûr, et même très rapidement, car ce sont des thérapies brèves dont les résultats se voient vite, ce qui permet d’avoir un bouche-à-oreille très efficace.

Faut-il avoir une voix particulière pour l’hypnose ? Est-ce qu’un accent étranger ou du Sud est gênant ? L’âge peut-il être une contrainte ?

Toutes les voix sont les bienvenues. Nous vous apprenons à la poser. Si vous avez un accent, c’est parfait, cela fait voyager les gens et les emmène encore plus vite en hypnose.

Quant à votre âge, il n’a aucune importance, du moment que vous croyez qu’il n’a aucune importance : si vous croyez que vous êtes trop jeune ou trop vieux, vous allez créer une situation qui vous le confirmera.